Pamela, placière sur le marché

Depuis janvier 2019, Pamela est placière sur la marché République le samedi matin, pour la société Géraud.

Quel est le rôle d’un placier ?

De placer 😉 évidemment, mais pas seulement. Je dois trouver les commerçants, veiller à l’harmonie des étalages, veiller au respect de l’hygiène, et je suis très exigeante sur ce point. Je vérifie les assurances. J’ai aussi un rôle d’animatrice, en veillant au respect de chacun, avoir une bonne entente entre les commerçants est primordiale. Les commerçants heureux font des clients heureux. Je fais en sorte d’adapter l’offre aux besoins des habitants. Les Elbeuviens je les connais, je suis née ici, Elbeuf c’est ma ville. Ici, on est sur un marché familial, populaire, où les commerçants reconnaissent leurs clients, où l’on donne des conseils de cuisson… Mais surtout, où les prix sont abordables. Pas d’élitisme, de la qualité à un prix accessible. Il faut savoir que les producteurs ou les artisans vendent des produits moins coûteux sur le marché que dans les grandes surfaces. Simplement parce qu’ils ont moins de charges fixes, pas de coût d’emballage ou marketing, pas d’intermédiaire. La viande, le poisson, les légumes coûtent moins chers sur le marché. Je perçois aussi à Elbeuf une large envie partagée de se retrouver. Le marché est un lieu de vie où les gens prennent du plaisir à se rencontrer et à discuter.

Pourquoi Elbeuf ?

Elbeuf, c’est ma ville ! j’y suis née, j’y ai grandi, j’ai tout fait pour avoir ce marché. Je ne veux pas voir le centre-ville dépérir et le marché est un vrai levier de dynamisation. On a une zone commerciale à Saint-Pierre qui s’étend et qui nuit au commerce de proximité elbeuvien. Avec le marché, nous amenons des producteurs, des commerçants qui se lèvent le matin pour mettre des produits de qualité sur leurs étals. Aujourd’hui, c’est le mouvement du consommateur d’aller vers des produits dont il connait l’origine, des produits qui viennent d’à côté.

Quelles sont vos ambitions ?

Depuis que je suis arrivée, j’ai réorganisé les allées pour le confort des usagers. Elles étaient trop étroites, je veux que ce soit agréable de se promener sur le marché. Ensuite, le bazar peut avoir son utilité, il répond à une demande, mais la présentation est importante. Pour le maire, c’est un enjeu réel, il m’a demandé de veiller à cela. Pas de présentation à même le sol, des étals rangés, des couleurs et de jolis stands doivent composer cette partie du marché.
Ensuite, le carré alimentaire est pour moi essentiel à la qualité du marché. Le marché Lécallier fonctionne à plein pot. Tout le monde l’adore et les commerçants sont ravis. Il n’est composé que d’alimentaire. Il est extrêmement fréquenté, surtout par des habitués qui cuisinent et apprécient les conseils des vendeurs. C’est également un lieu de vie où l’on sait qu’on va retrouver des connaissances, échanger quelques mots. Le marché a un réel impact sur le lien social. C’est comme cela que je vois le carré alimentaire du marché République et son développement. Nous avons déjà de très bons artisans, des locomotives, comme ils le disent. La Boucherie avec Helie dont la réputation n’est plus à faire, les producteurs de légumes, de poulets et d’œuf et maintenant la poissonnerie. Il nous manque un crémier et un fromager, je mets tout en œuvre pour en trouver. Les placiers se battent pour obtenir ce type de commerçants ! Le maire m’a fixé 6 mois à compter de janvier pour parvenir à développer ce carré alimentaire et j’y arriverai !
Mon enjeu prioritaire c’est de faire revenir la population elbeuvienne et des alentours sur le marché, qu’ils aient tous les produits nécessaires sur place, à leurs justes prix.

Marché République Marché République Commerçant du marché

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi : Le marché République, cœur de vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *