Du nouveau à La pléiade

La pléiade : Coralie Dehondt vend des livres mais pas que…

« C’est une reconversion professionnelle, je me suis lancée dans ce projet par passion », explique Coralie, les yeux emplis de rêves et d’idées. Une formation de droit en poche, employée dans les ressources humaines, et en quête d’un nouveau projet de vie, Coralie apprend que la Pléiade est en vente après le départ en retraite de son propriétaire. « Je trouvais dommage qu’une librairie en coeur de ville ferme, je me suis renseignée ». S’installer à Elbeuf n’a pas été une évidence dans son esprit. Mais elle apprend à mieux connaître la ville, assez bien équipée. Entre les établissements sportifs et culturels, les clients des villes alentours et des plateaux, la bonne réputation de certains commerces, il y a un bon potentiel pour un tel commerce de proximité.

« Les livres, c’est ma passion, alors je me suis dit que c’était possible ». Après avoir entamé les démarches nécessaires au rachat du fonds de commerce, Coralie y croit. « J’aime les livres ainsi que le contact avec la clientèle mais j’espère réussir dans ce beau projet car être commerçant est un métier difficile, je ne viens pas de ce milieu », nous confie Coralie.

Elle est vite rassurée, dès les premiers clients, suite à l’ouverture en pleine période de fête. Avec l’aide de Marlène, 42 années de boutique, elle accueille les clients. « Quand on vient dans une librairie, ce qu’on attend c’est un conseil ». Et c’est bien cette présence physique et humaine son principal atout. Très vite à l’aise dans les échanges, Coralie découvre une vraie vocation. « J’aime recevoir dans ce cadre que je vais aménager, j’aime partager mes lectures, c’est certain, on vend mieux ce qu’on connait bien ! ». « En fait, j’étais déjà quelqu’un de jovial qui aime le contact humain, ce métier me permet d’être moi-même ».

Cette librairie, Coralie en a fait sienne, et elle ne manque pas d’idée pour l’habiter. « Il y a un potentiel énorme, je me refreine pour rester structurée et mettre en oeuvre des animations ». Son objectif, toujours le même, créer du lien, fédérer autour de son amour de la lecture, partager. Sur certains livres, une petite annotation écrite de la main de la libraire « J’ai beaucoup aimé ce livre parce que …. » Coralie ne peut pas tout lire, alors elle invite chacun à partager de cette manière, « faites-moi des retours de lecture que je puisse partager avec les autres », dit-elle aux clients qui passent sa porte. Un système vieux comme le monde, aujourd’hui numérisé sous forme d’étoiles sur internet.

Dans les prochains mois, Coralie va développer l’univers du jeu, la papeterie. Elle va aussi mettre en place des ateliers couture, de la sophrologie « Tout ce qui touche au bien être va avec le livre, je veux que ma librairie soit plus qu’un magasin, un lieu où on a envie d’aller. » 

Elle travaille déjà avec les écoles et la médiathèque municipale pour amener la lecture aux enfants. « C’est crucial, les enfants adorent les histoires, la lecture, c’est un formidable outil d’émancipation, il faut donner le goût aux enfants très tôt dans leur vie. »

Et d’ajouter « Je veux qu’on prenne conscience qu’il n’y a pas besoin d’être riche pour acheter des livres. Avec 20 euros en poche, on peut facilement repartir avec 4 à 5 ouvrages ».

 

Prochainement, à la Pléiade, 3 rencontres d’auteurs régionaux

  • Marc Masse, Enquête sous les galets : le 20 mars
  • M.Halaut, La vengeance du lynx : le 23 mars
  • Ambre Lazuli, Le sang pirate (jeunesse) : samedi 27 avril, à partir de 15h

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *