Deux nouveaux commerçants du marché

Commerçant du marché

Le marché République accueille depuis quelques semaines deux nouveaux commerçants : un poissonnier et un spécialiste de cuisine réunionnaise.

Laurent, pêcheur

Commerçant du marché« Je suis pêcheur, à la retraite l’année prochaine. Je fournissais un poissonnier à Neufchâtel avec ce que je ramenais de la pêche. Il m’a dit d’aller sur les marchés. À Elbeuf, il y avait une forte demande de poissonnier et Pamela m’a téléphoné. L’avantage du marché, c’est la fraîcheur et le prix. Ce qui est présenté vient d’être pêché. Et je n’ai pas les charges fixes d’un poissonnier en ville ou d’une grande surface. Les gens bénéficient donc de meilleurs prix. En plus, je n’achète pas le poisson, je le pêche à Dieppe, avec mon petit bateau et à l’hameçon ! Je présente mes produits trois jours max, après je m’en sers pour pêcher ou je vends aux poissonniers. Mais sur mon étal, je ne présente que des poissons ultra frais. »

« Vous les avez péchés quand vos maquereaux ? interpelle Jacques. « Avant-hier, je les garde quatre jours maximum. En supermarché, ils ne peuvent pas faire moins d’une semaine avant de les présenter. »

« Depuis que je suis arrivé, il y a de plus en plus de monde, les habitants apprécient vraiment d’avoir un poissonnier. Mon père était pêcheur, c’est ce que j’ai toujours connu et c’est vraiment une passion. Un amour de la mer que j’ai voulu transmettre à mes enfants, j’adore être sur l’eau. J’aime aussi préparer. Cuire les bulots exactement comme ça doit se faire, le mois prochain, je sors le barbecue et je ferai du poisson grillé. Avez vous goûté le poisson fumé ? On en parle pas du saumon on le goûte – Il le déballe comme un bijou précieux– C’est de l’artisanat ça Madame ! »

Fumoir maison et bois de hêtre, saumon de qualité, label rouge d’Écosse, à goûter…

Laurent partage ses recettes. « Vous avez du filet de carlet ? » demande une cliente. « Je ne fais pas de filet, sinon je vous vendrai de l’eau. Le poisson je vous le vends entier ». « Mais je ne sais pas comment faire ? » « Vous le faites comment le filet ?» « En papillote. » « Je vous le prépare pour qu’il soit prêt pour la papillote. » Sourire. « Cuisson au court bouillon ? Prenez de la darne, la peau va garder la chair pendant la cuisson. »

—————————————————————-

L’île de la réunion dans un foodtruck

Harris, 40 ans démarre son activité

Commerçant du marché « J’ai commencé le 10 février. Pour faire goûter mes spécialités on en trouve trop rarement je voulais me balader en food truck et faire découvrir mes goûts et saveurs. Je fais tout moi même. Des recettes traditionnelles de famille transmises par mon arrière-grand-mère. Depuis que je suis arrivé, ça marche bien, les clients reviennent. Je veux vendre à un prix admissible, donc tous les délais sont raccourcis. Les préparations faites la veille et cuites sur place. Le plat mijote toute la journée, les fritures sont faites à la minute. »

« Avant j’étais chauffeur livreur, j’en avais assez et je n’avais pas l’impression d’être vu à ma juste valeur. Mes parents nourrissaient les amis et la famille et ça cartonnait. J’avais envie de me recentrer. Je cuisine et fait goûter, même si ma famille, mes enfants et ma femme connaissent mes plats par cœur, c’est ce qu’on mange tous ensemble en famille le dimanche ! »

« J’ai de la famille qui habite Elbeuf, j’ai toujours trouvé la ville sympa. Je suis seul à faire ça : pas de concurrence, j’ai juste à faire connaître. Je fais aussi les cérémonies comme les mariages et les baptêmes. Appelez-moi ! »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *