Tranquillité seniors

Une opération menée depuis plus de dix années par la police nationale, en partenariat avec la police municipale et le CCAS, et pleinement investie par une citoyenne volontaire engagée bénévolement. Rencontre avec les personnes en charge du dispositif.

Monsieur Clément, chef de groupe de sécurité de proximité nous accueille en exposant le principe de cette action de suivi : « Au départ, il s’agissait d’agir en prévention sur les démarchages frauduleux et autres abus de confiance que peuvent rencontrer les personnes âgées.
Dans un tel cas, il fallait pouvoir doter ces personnes de conseils et de mesures à prendre pour répondre et être alertées. Dès la mise en place des inscriptions, nous avons rapidement pris conscience que ce sont les personnes isolées, sans famille à proximité qui avaient le plus besoin de soutien
.»

Marie-France Baron est rapidement entrée dans le dispositif. Cette citoyenne volontaire (aujourd’hui «réserve civile») a postulé puis passé des entretiens pour obtenir cette place lui permettant de construire et de garder le lien avec les personnes inscrites. « J’appelle très régulièrement les seniors pour prendre des nouvelles, tenter de savoir s’ils n’ont pas fait l’objet d’arnaques. Je les connais tous, s’ils ne répondent pas au téléphone, je me déplace pour voir si tout va bien ». En discutant, Madame Baron décèle certaines détresses, des problèmes administratifs ou financiers, soupçonne des maladies… Et elle peut faire le lien avec les acteurs sociaux du territoire, notamment le Clic Reper’âge et le CCAS pour une prise en charge adaptée.

« La police ne peut pas aller si loin », nous explique Linda
Lecornec, brigadier référent de l’opération et troisième membre de l’équipe de choc.
« J’interviens au départ, lorsqu’une personne s’inscrit. C’est une démarche volontaire, on ne peut pas aller voir les gens sans qu’ils se soient inscrits.
Mon uniforme rassure, je prends note de l’objet de la déclaration et je présente Madame Baron pour qu’elle puisse être identifiée.  Avec Monsieur Clément, nous assurons le suivi et nous chargeons de l’enquête et des recours auprès des instances judiciaires. »

Des rôles bien répartis qui permettent d’offrir aux usagers une écoute et un suivi continu.

Depuis le démarrage, près de 100 personnes ont fait l’objet de cet accompagnement. Aujourd’hui, 45 sont inscrites depuis plusieurs années.

L’inscription sur le fichier doit faire l’objet d’une démarche. Quelques questions seront posées de manière à cerner le besoin et les attentes de la personne.

Une fois inscrit sur le fichier, le numéro d’appel de l’usager devient prioritaire. Lorsqu’il appelle la police en cas de détresse, il passe sur une ligne rouge qui déclenche une intervention rapide.

Pour tout renseignement, contacter le CCAS ou le commissariat d’Elbeuf : 02 35 81 76 99

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mairie
Place A. Briand
76 500 Elbeuf sur Seine
Tel. 02 32 96 90 10

Horaires d'ouverture :
Du lundi au vendredi de 9h00 à 12h
et de 13h30 à 17h00

M'INSCRIRE AUX NEWSLETTERS D'ELBEUF