La magie du 7e art

cinéma Grand Mercure

cinéma Grand Mercure Films en fête, avec ses avant-premières, ses rencontres, ses coups de cœur, se déroulera du 3 au 9 octobre. Ce bel événement en l’honneur du cinéma est organisé depuis 25 ans par le Grand Mercure avec le soutien de la Ville. L’occasion de parler, dans ces colonnes, du 7e art et des avantages de pouvoir profiter, à côté de chez soi, d’un cinéma de proximité généraliste et dynamique.

 

Prendre place confortablement dans un siège, attendre impatient que les lumières s’éteignent, et se laisser emporter par les premières notes d’une bande originale et les images sur grand écran. Des instants uniques, un peu hors du temps, que l’on savoure à chaque séance. « La salle de cinéma permet une totale immersion dans un film, dans un univers grâce à la qualité du son et de l’image, souligne Jonathan Lelièvre, programmateur chez Noé Cinémas. Tout est plus grand et, du coup, nos émotions aussi. Le fait de les partager avec les autres spectateurs, de vivre une expérience commune est également important. Cela participe à la magie du cinéma. »

À Elbeuf sur Seine, Noé cinémas, qui gère le Grand Mercure, s’attache à transmettre cette passion du 7e art au plus grand nombre. La diversité de la programmation – jeune public, art et essai, blockbuster, retransmission du ballet du Bolshoï, de pièces de théâtre et de concerts -, les avant-premières, les rencontres avec les comédiens et réalisateurs, les tarifs attractifs permettent à tous d’accéder à cet art et d’y trouver son bonheur ! « Nous sommes un cinéma de proximité. Notre volonté est de répondre aux envies d’un maximum d’habitants : de l’enfant au fan de films d’action américains, de l’amoureux des comédies françaises au passionné de films d’auteur. Nous travaillons donc notre programmation dans ce sens. »

Des rendez-vous à petits prix

cinéma Grand MercureAinsi, avec le Film club, le Grand-Mercure propose trois séances en VO chaque semaine d’un film d’art et d’essai précédé d’un court-métrage. Avec Ciné pitchoun, mis en place en partenariat avec la Ville, les enfants et leur famille peuvent découvrir chaque mois un nouveau film dédié au jeune public pour un tarif unique de 2,50 euros la place. Avec Ciné d’or, même dispositif mais à destination des seniors dans une salle de cinéma adaptée et accessible aux personnes en situation de handicap. « Nous programmons un nouveau rendez- vous cette année, le ciné doudou ouvert aux enfants à partir de 2 ans de demi. Ça marche bien. Le son est adapté, la lumière légèrement tamisée pour éviter le noir total, les petits adorent. » Autre proposition, aux côtés des blockbusters que le Grand-Mercure programme systématiquement : la diffusion de grands classiques en VO une fois par mois. Les prochains rendez-vous ? Piège de cristal, Princesse Mononoké, Platoon… Que de souvenirs !

Un cinéma ancré dans son territoire

cinéma Grand MercureParce que c’est ça aussi le cinéma au cœur de la ville, les souvenirs. Premières sorties entre copains, premiers baisers, fous rires mémorables, dialogues incisifs, scènes cinématographiques inoubliables… « Le soir, le cinéma est souvent la dernière grande enseigne allumée dans une ville. Il fait partie du paysage, d’un quotidien. Richard Patry, le fondateur de Noé cinémas, un Elbeuvien amoureux de sa ville, a toujours voulu être pleinement présent dans la vie de la cité. Pour cela, nous accueillons régulièrement les scolaires, des spectacles d’école de fin d’année, le festival Un’Anim’ des étudiants de l’IUT, des conférences dans le cadre notamment de la lutte contre les violences sexistes, et travaillons avec les acteurs locaux. » Un cinéma attaché à son territoire, à ses habitants. Et le public ne s’y trompe pas ! En 2017, la structure a accueilli 118 000 spectateurs venus profiter d’un des 360 films diffusés.

Plus d’infos : noecinemas.com
Le saviez-vous ?     EN 70 MM70 mm
Le cinéma Grand Mercure est l’un des derniers cinémas français à pouvoir diffuser des films en 70 mm. Un format prestigieux utilisé par quelques grands réalisateurs, Christopher Nolan, Quentin Tarantino, Paul Thomas Anderson… « Quand nous sommes passés au numérique, nous n’avons pas voulu jeter tout notre savoir-faire. Nous voulions que;ce passage soit fait de manière intelligente. Nous avons donc conservé la possibilité de diffuser du 70 mm. » Une décision lumineuse quand on voit que Les huit salopards de Tarantino en 70 mm n’a pu être projeté que dans cinq salles françaises dont Elbeuf. La classe, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *